Les projets avec les publics

Les publics de demain seront accompagnés ou ne seront pas !

Les projets avec les publics prennent de plus en plus de place dans les institutions théâtrales qui y ont vu une façon de conquérir un nouveau public. Le public d’abonné·e·s est vieillissant, il est difficile de faire passer aux jeunes la porte des théâtres : comment animer ces lieux afin que, demain, les compagnies ne jouent pas devant des salles vides ou remplies de têtes blanches ?

Qu’on s’entende, nous ne souhaitons pas nous désintéresser de ce public aux cheveux blanchissants ! Nous souhaitons d’ailleurs mettre en place une action à destination des plus âgé·e·s d’entre nous sur le territoire de Bobigny dans le cadre de notre Scénoscope. La période que nous traversons a amplifié l’isolement des personnes âgées, quadruplé leur solitude. Cette crise sanitaire, nous souhaitons la défier en faisant participer les seniors à la vie théâtrale, et cela, sans les mettre en danger.

Pour relever ce défi, peut-être nous faudra-t-il composer avec le numérique... “Assassin du spectacle vivant” diront certain·e·s, il peut, pourtant, lui permettre de subsister dans ce contexte. Comment penser le théâtre de demain sans se confronter au prisme de l’écran ? Nous préparons actuellement ce Scénoscope en “visio”, nous refusons néanmoins catégoriquement qu’il se déroule de cette façon.

Devrons-nous alors nous transformer en médiatrices instagrameuses ? En pédagogues de Snapchat ? Aurons-nous à développer des supports de médiation sous la forme de vidéos Tik Tok ? Pour ne pas risquer de dénaturer notre travail, il nous faut penser avec soin ces projets numériques, pour les publics et avec eux, afin de ne pas céder à des solutions trop rapides et trop faciles. L'Éducation artistique et culturelle, cauchemar de certain·e·s artistes et doux rêve des institutions, divise aujourd’hui. Fédérera-t-elle demain ? Laissons-lui sa chance en lui permettant davantage d’être prise en charge par des personnes formées aux méthodes de pédagogies actives et allégeons la tâche des artistes bien plus en demande de temps et de lieux pour créer. Si la compatibilité entre projet de transmission et création artistique n'apparaît pas toujours comme une évidence, prenons néanmoins le temps de co-construire les actions d’EAC avec les artistes qui en émettent le souhait, en leur donnant tous les outils nécessaires à un projet pédagogique réussi !

Dans cette logique, nous souhaitons programmer un spectacle jeune public afin de pouvoir réunir petit-e-s et grand-e-s autour d’une forme artistique. Nous pourrons aussi inventer des actions de médiations en amont du spectacle afin d’accompagner au mieux les spectateur·trice·s.

Pour notre Scénoscope, nous nous proposons de faire des projets avec les publics non pas un “à côté” ou un “complément” de la programmation mais un réel enjeu de cet événement, au même titre que l’exigence artistique, la mise en avant de l’émergence ou la remise en question de l'institution théâtrale. La MC93 et sa Fabrique d’expériences, qui nous accueillent pour cette 15ème édition, semblent nous pousser dans ce sens.

Certains projets avec les publics de demain sont déjà en place et en action dans cette Maison de la culture de Seine-Saint-Denis : projets participatifs, accompagnement des groupes, formation pour les professeur·e·s et les relais du champ social, Conseil des Jeunes, etc. Dans le 93, on ne remet pas à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui : emboitons donc le pas à Hortense Archambault et son équipe !

Nous souhaitons que les publics du Scénoscope #15 soient à l’image du territoire qui l’accueille : multiculturel et intergénérationnel ! Les partenaires de la MC93 seront un appui précieux afin de mener des actions envers les publics du champ social et scolaire. Diversité sur les plateaux, diversité des publics : un objectif en miroir pour le théâtre de demain ? Posons-nous réellement la question.

Nous voulons inventer pour les publics de demain d’autres dénominations : ni “publics captifs” ni “fonds de salle” pour notre Scénoscope ! Ouvrons ainsi d’autres horizons d’attentes que celui de la passivité et du non-choix. Comment rendre nos publics actifs de leur choix culturels ? Voilà peut-être la question pour les projets avec les publics de demain ! Réunir les conditions d’une expérience réussie pour ces publics que l’on dit “empêchés”, “éloignés’, voilà peut-être notre enjeu.

Et si nous les appelions “publics accompagnés” ? Faisons tout notre possible pour que cet intitulé soit justifié.

Ateliers d'Écriture avec une classe de seconde du lycée Louise Michel à Bobigny 

Avec la compagnie CHNOPS composée des quatre artistes, Lucile Rose,  Lola Guiton, Fanny Audibert et Salomé Blaise, du M2 Théâtre en création de l’Université Sorbonne Nouvelle que nous accompagnons dans le cadre de notre formation, nous avons co-construit un cycle de 6h d’ateliers d’écriture.

Dans leur processus de création, les artistes sont parties d’un travail d’écriture à huit mains: écrivant chacune séparément, elles ont ensuite procédé à l’échange et la reprise des textes de chacune pour leur donner leur forme finale. L’objectif de ces ateliers est de permettre aux lycéen·ne·s de découvrir et d’expérimenter de manière ludique le processus d’écriture collective que les artistes ont mis en place pour l’écriture de leur spectacle Noctambulations (titre provisoire). Les élèves de la classe de Céline Ribrault seront ensuite invité•e•s à découvrir le spectacle des CHNOPS lors du Scénoscope #15. 

Durant notre événement, dans le hall, une exposition autour des textes des élèves sera présentée aux publics. Nous collaborons avec notre graphiste Johanna Labbé pour créer un médium esthétique et accessible autour des productions des lycéen•ne•s.

Il nous paraissait essentiel que les CHNOPS, ces artistes de demain, participent à notre questionnement autour de l'Éducation Artistique et Culturelle et de l’accompagnement des publics.

Lectures de textes aux résident.e.s de l’EHPAD Hector Berlioz à Bobigny 

Toujours avec cette même volonté de décloisonner le théâtre et de partager la multiplicité des processus créatifs, les CHNOPS ont débuté un cycle d'appels téléphoniques hebdomadaires avec des résident·e·s volontaires de l’EHPAD Hector Berlioz. Chaque appel commence par la lecture d’un extrait du texte de leur spectacle. Cette lecture laisse ensuite place à une conversation, un temps d’échange. Nous aimerions que ce cycle d’appels se clôture par une rencontre entre les artistes et leurs interlocuteur·trice·s à la maison de retraite, et si cela est possible, que les résident·e·s viennent assister au spectacle des Chnops durant le Scénoscope #15.

Projets avec les publics pendant le Scénoscope #15

Pour accompagner les publics les jours de l’événement, nous réfléchissons également à des actions qui auraient lieu pendant le Scénoscope #15. En effet, il s’agit de construire avec les artistes programmé·e·s des ateliers autour de leur spectacle afin de créer un temps convivial de partage entre artistes et publics. Nous souhaitons que le Scénoscope soit un lieu de rencontres entre générations, où professionnel·le·s du spectacle vivant et familles se mélangent dans les salles. C'est pourquoi nous souhaitons mettre en place des ateliers à destination de toutes et tous.