BLAST Festival

"Du monde entier au coeur du monde"
Blaise Cendrars


Les temps invitent à s'éloigner un peu du monde pour en créer un autre, riche d’élan et de promesses. Alors nous fermons les yeux et nous plongeons au plus profond de nos rêves et de nos désirs. Des images, des histoires, des sensations surgissent. Nous fermons les yeux pour les ouvrir grands ouverts ailleurs, grands ouverts vers un futur à inventer. Nous partageons nos images, nos histoires, nos sensations, et cet autre monde commence à se dessiner devant nous. Nous voulons oser tous les possibles, avec la fougue du premier geste. Nous voulons abattre les frontières et élargir les horizons. Tracer des voies parallèles, des chemins de traverse. Que se rencontrent les disciplines, les genres, les publics. Nous nous permettons de rêver. Car nous croyons à l'addition de toutes les audaces collectives. Nous croyons aux utopies. Mieux : nous en créons une, ici et maintenant, aux Plateaux Sauvages, au cœur du 20ème arrondissement de Paris. Cette utopie, nous l'appelons BLAST Festival.

BLAST Festival comme l’explosion de joie qui souffle tout sur son passage.

BLAST Festival comme un beau moment qu’on n’oublie pas.

BLAST Festival comme ce superbe paradoxe qu'est le spectacle vivant : à la fois instant éphémère et souvenir indélébile, expérience commune et individuelle.

Là réside notre inspiration, notre équilibre, notre rythme. Dans ce mouvement entre le dehors et le dedans. Entre l'espéré et l'inattendu. Entre le calme et le foisonnement. Ainsi nous avançons. Nous avançons vers vous.

Nous ouvrons les yeux et apparait une foule, de partout, de tous les âges. Il y en aura pour tout le monde, pour tous les sens, dans toutes les salles et à toutes les heures. Il faudra choisir, et ce sera la singularité de notre événement : chacune, chacun formera un morceau de cet ensemble. On arrivera et on repartira au gré de notre vent. On se frôlera, on se croisera, on échangera. La nuit tombera sans qu'on s'en aperçoive. On chantera, on rira, on dansera, on trinquera, on vivra. Et on regardera vers une nouvelle aube.